Dans l’actualité du programme de l’ASCO 2015, une étude sur l’adhérence des patients américains à l’ibrutinib, premier inhibiteur de Bruton Kinase administré par voie orale, montre que la dose intensité d’Ibrutinib prise par le patient a un impact sur la survie sans progression. Les auteurs ont aussi analysé qu’un arrêt de traitement de plus de 8 jours consécutifs peut diminuer cette survie. Or, cette situation n’est pas si rare notamment en début de traitement lorsque les toxicités initiales apparaissent.

L’observance des traitements oraux dans le traitement de la leucémie lymphoïde chronique et du lymphome à cellules du manteau devient une question d’actualité. La commercialisation ces derniers mois de deux traitements de la leucémie lymphoïde chronique administres uniquement par voie orale, l’ibrutinib IMBRUVICA® et l’idelalisib ZYDELIG®, a bouleversé la prise en charge des patients  qui se retrouvent pour la première fois très autonomisés par rapport à leur traitement.

Suite aux différentes études d’adhérence menée dans la leucémie myéloïde chronique, on sait aujourd’hui qu’il existe une mauvaise observance des inhibiteurs de Tyrosine kinase (TKI). C’est en effet le facteur le plus important d’échec à l’obtention d’une réponse cytogénétique. Les hématologues s’inquiètent donc à juste titre de l’adhérence de leur patient aux traitements prescrits.

Une éducation à la prise régulière du traitement et un accompagnement des patients par des entretiens pour s’assurer de leur adhérence sont indispensables pour que les résultats observés dans les essais cliniques puissent être reproduits dans le quotidien des patients.

 

Barr P et al. Dose adherence and baseline exposure analysis of the ibrutinib 420 mg dose administered to patients with previously treated chronic lymphocytic leukemia (CLL)  J Clin Oncol 33, 2015 (suppl; abstr 7012)

 

Le comité éditorial de Lymphoma Care à l’ASCO 2015