L’ICML 2015 va marquer un tournant dans la prise en charge des patients atteints de lymphome de Hodgkin (LH). 3 présentations ont particulièrement attiré l’attention, confortant les stratégies thérapeutiques guidées par la TEP précoce à la fois dans le LH localisé et disséminé.

Dans les formes localisées (stade I-II groupes favorables et défavorables), J. Raemeakers a présenté les résultats de l’analyse des patients ayant une TEP positive après 2 cycles d’ABVD (TEP2) traités dans  l’essai H10 de l’intergroupe EORTC/LYSA/FIL. Cet essai démontre que les patients TEP2+ bénéficient d’un renforcement de la chimiothérapie par 2 BEACOPPe suivis d’une radiothérapie. Avec ce schéma, la survie sans progression (SSP) à 5 ans est améliorée de 77% à 91% et la survie globale de 89% à 96%. C’est ainsi la première fois qu’une étude contrôlée démontre que le renforcement thérapeutique sur la base d’un résultat de TEP précoce améliore le pronostic des patients.

Dans les formes étendues, P.M.W. Johnson a présenté les premiers résultats de l’étude anglaise RATHL. Les patients ayant une TEP positive après les 2 1eres cures d’ABVD recevaient un renforcement du traitement par 4 BEACOPPe ou BEACOPP14. Le pronostic de ces patients semble meilleur que les données historiques des patients poursuivant l’ABVD, mais leur SSP reste significativement inférieur aux patients TEP2 négatifs. Une TEP2 négative autorise la poursuite le traitement par ABVD sans Bléomycine, avec une réduction de la toxicité, et plus particulièrement de la dyspnée, des complications thromboemboliques et des neutropénies fébriles.

Toujours dans les stades disséminés, A. Gallamini a présenté les résultats de la 2ème analyse intermédiaire de l’essai italien GITIL/FIL HD 0607. Là encore un renforcement de la chimiothérapie par BEACOPPe, quand la TEP est positive après 2 cycles d’ABVD .permet d’obtenir un contrôle de la maladie pour 2/3 de ces patients.

Ces résultats doivent nous amener à changer nos pratiques et impliquent dorénavant de réaliser pour tous les patients atteints d’un LH localisé une TEP2 afin de guider la stratégie thérapeutique et d’améliorer le rapport bénéfice/toxicité du traitement des lymphomes de Hodgkin.