Changements du parcours de soins : le virage ambulatoire en onco-hématologie

Comme d’autres disciplines médicales et chirurgicales, l’onco-hématologie connait un changement global de l’organisation des soins pour développer une prise en charge des patients en ambulatoire, plutôt qu’en hospitalisation conventionnelle. L’hospitalisation de jour (HDJ, séjour hospitalier de journée, d’une durée inférieure à 12 heures, sans nuitée passée dans l’établissement) et l’hospitalisation à domicile (HAD) restent les éléments essentiels et synergiques de cette organisation des soins. La réalisation à l’hôpital d’un maximum d’actes ambulatoires en lien avec la ville correspond à l’évolution actuelle du paysage sanitaire. Les patients reçoivent leur traitement selon des modalités nouvelles et différentes de celles réalisées en hospitalisation de court ou moyen séjour. Les professionnels de santé de la ville sont davantage mobilisés pour garantir la continuité et la sécurité des traitements.

Quels changements 

Une partie des chimiothérapies réalisées en hospitalisation conventionnelle est remplacée par des traitements d’administration  plus courte réalisables en ambulatoire et par des médicaments oraux. La bascule des traitements vers l’hôpital de jour et/ou vers la ville modifie l’activité des professionnels de santé et entraine des changements pour le patient et son entourage.

Quelles conséquences – solutions

Pour s’adapter au « virage ambulatoire » de la prise en charge des cancers, les professionnels de santé de l’hôpital et de la ville partagent la réalisation de plusieurs étapes du parcours de soins des patients. L’information du patient, son encadrement, la mise à sa disposition d’outils, et l’éducation thérapeutique permettent  de sécuriser son parcours ambulatoire.

Quels changements

L’administration de certains médicaments reste réalisée en HDJ, toutefois l’évolution des formes galéniques, de la règlementation et le modèle économique permettront probablement une administration au domicile.
Une consultation réalisée par les médecins, infirmières et pharmaciens est nécessaire pour décider,  prescrire et administrer les traitements en HDJ ou mettre à disposition des traitements réalisables au domicile des patients.

Quelles conséquences – solutions 

  • Traitements ambulatoires en HDJ un jour ou plusieurs jours consécutifs.
    En HDJ, les traitements ambulatoires peuvent être réalisés sur un jour ou plusieurs jours consécutifs. Ceci est couramment pratiqué par les centres d’onco-hématologie. Même les traitements comportant un temps de perfusion de 8 à 10H peuvent être réalisés dans les horaires de l’HDJ sous réserve d’une bonne anticipation supervisée par une infirmière de coordination et la participation des patients.
  • Traitements en ville
    Les traitements spécifiques du cancer qui sont externalisés en ville comportent principalement des traitements administrés par voie orale, qui sont de plus en plus souvent prescrits. Une consultation à l’hôpital est nécessaire pour : évaluer les éléments cliniques et biologiques de décision du traitement, valider la pertinence et la conformité du traitement, le rendre disponible au domicile, informer en temps réel  le patient et les différents intervenants extérieurs à l’hôpital.  Les soins de supports sont habituellement  mis en œuvre à partir de l’HDJ; selon  la complexité des soins, les intervenants peuvent être infirmiers, prestataires de santé, ou HAD. Une coordination optimale des professionnels de santé et la participation des patients sont essentiels.
Quels changements

La dispensation des nouveaux traitements en officine de ville nécessite de renforcer les liens ville-hôpital  et implique de nouveaux intervenants.

Quelles conséquences – solutions

La coordination, la communication et la formation des professionnels de santé sont essentiels.

Quels changements

Devant les changements du parcours de soins et les nouvelles demandes des patients, les professionnels de santé publics et libéraux, médicaux et para-médicaux,  les HAD et les prestataires de santé qui assurent l’administration des médicaments au domicile du patient, ont à accomplir des actions plus diversifiées et plus nombreuses.

Quelles conséquences – solutions

Les professionnels de santé de ville et de l’hôpital sont de plus en plus sollicités par le développement de nouveaux médicaments du cancer, administrés par voie orale.

  • Vérifier les conditions de conservation des médicaments  et de stockage sécurisé.
  • Evaluer l’observance thérapeutique et la tolérance des nouveaux médicaments oraux.
  • Assurer la traçabilité du traitement…

Le patient et son entourage contribuent à cette organisation des soins.

Quels changements 

Les médecins généralistes, les pharmaciens d’officine et les infirmiers libéraux sont confrontés à des situations nouvelles, liées à la bascule de certains traitements de l’hôpital vers la ville. La coordination du parcours de soins de l’hôpital à la ville reste compliquée et comporte encore des points de rupture.

Quelles conséquences – solutions 

Faciliter pour les professionnels de santé qui ne sont pas spécialisés, l’accès aux informations spécifiques sur les nouveaux traitements.
Rendre visible la résolution des questions courantes relatives aux prescriptions établies par des spécialistes hospitaliers, ou aux effets secondaires et interactions médicamenteuses des anticancéreux oraux.
Renforcer la continuité ville-hôpital.
Améliorer la communication : lignes téléphoniques dédiées, numéro vert…
Développer le partage des informations : dossier communiquant patient, plans de prise du traitement, plateformes internet…
Soutenir le rôle des patients, des aidants et des associations de patients…

Quels changements

Le patient est présent à l’hôpital pendant une durée plus courte pour transmettre et recevoir des informations. Au domicile, le patient peut avoir un sentiment de solitude et rencontrer des difficultés pour adhérer au traitement.

Quelles conséquences – solutions

L’information du patient en consultation médicale et pharmaceutique ainsi que son éducation thérapeutique (ETP) par l’équipe spécialisée hospitalière (médecin, infirmiers, pharmacien) et par les infirmiers au domicile, sont nécessaires  mais pas toujours suffisantes. Le patient doit pouvoir communiquer avec son équipe hospitalière référente et les acteurs de son parcours de soins. Le développement de nouvelles technologies et la mise à disposition pour le patient d’outils connectés vont sans doute contribuer à rendre effectif le virage ambulatoire.

Pour en savoir plus

Ministère des Solidarités et de la Santé. Parcours de santé, de soins et de vie. Une approche globale au plus près des patients.
http://solidarites-sante.gouv.fr/systeme-de-sante-et-medico-social/parcours-des-patients-et-des-usagers/article/parcours-de-sante-de-soins-et-de-vie

 

Dernière modification le :