Risques cardio-vasculaires

Les cardiopathies décrites chez les patients traités pour lymphome de Hodgkin avant 2000 pouvaient être très diverses et intéresser: péricarde, myocarde, valves cardiaques, coronaires et gros vaisseaux (aorte, carotide). La fréquence des atteintes cardiaques était estimée entre 10% et 30% des patients ayant reçu une radiothérapie au niveau du thorax, avec un risque accru 5 à 10 ans après le traitement.  Les principaux facteurs de risque liés au traitement sont connus : irradiation médiastinale au-delà de 30 Gy, doses cumulées de doxorubicine, et sont désormais mieux contrôlés par les modalités des traitements récents et en cours (techniques modernes de radiothérapie, respect des doses cumulées de doxorubicine). D’autres facteurs de risques existent (hypertension artérielle, hypercholestérolémie, tabagisme…) et sont considérés  dans la prise en charge et la prévention après traitement.

 

En l’absence d’une surveillance de routine clairement définie, les recommandations d’experts soulignent plusieurs points :

  • Une évaluation du risque cardiovasculaire est recommandée avant traitement comportant la doxorubicine  et/ou une radiothérapie médiastinale, et dans le suivi après traitement. La surveillance peut être débutée 5 à 10 ans après traitement selon l’existence ou non de facteurs de risques cardiovasculaires et  renouvelée à intervalle de 5 à 10 ans selon le risque du patient.
  • La surveillance repose sur l’examen clinique et l’échocardiographie; chez certains patients, l’IRM de stress peut être nécessaire pour rechercher la fibrose myocardique et le scanner pour rechercher des calcifications valvulaires ou coronaires. Chez les patients traités par radiothérapie et pour lesquels on ne dispose d’aucune donnée initiale, une évaluation plus précoce est recommandée.