Examens et mesures relatifs aux possibles effets secondaires du traitement

Evaluation de la fonction thyroïdienne (dosage T4, TSH) au cours d’un lymphome de Hodgkin localisé dont le programme de soins comporte une radiothérapie cervicale (hypothyroïdie possible à distance du traitement)

ECG et exploration de la fonction ventriculaire gauche échocardiographique ou isotopique :
mesure de la fraction d’éjection du ventricule gauche (FEVG) avant traitement par chimiothérapie comportant la doxorubicine (protocoles CHOP, ACVBP, ABVD, BEACOPP. Tableau Protocoles de chimiothérapie des lymphomes) pour vérifier l’absence de contre-indications cardiologique à l’usage du médicament.

Exploration fonctionnelle respiratoire (EFR) et mesure de la DLCO (diffusion de l’oxyde de carbone).
Le test du transfert du monoxyde de carbone doit être prescrit avec les EFR, en particulier en cas de tabagisme. Une diminution de la vitesse de disparition de l’oxyde de carbone dans les alvéoles traduit un épaississement de leurs parois consécutif  à certaines infections ou  une fibrose. La bléomycine utilisée dans les protocoles du lymphome de Hodgkin (ABVD et BEACOPP), et des lymphomes non hodgkiniens agressifs (ACVBP), peut entrainer une pneumopathie interstitielle. Les EFR-DLCO sont réalisées pour rechercher une pathologie pulmonaire pré-existante qui contre-indiquerait l’usage de bléomycine ou justifierait une surveillance particulière pendant la chimiothérapie.

Mesures de préservation de la fertilité
Les possibles conséquences des traitements sur les fonctions des gonades (insuffisance ovarienne prématurée, oligo ou azoospermie) sont envisagées dès le diagnostic de lymphome dans la période qui précède le traitement. Chez l’homme une auto-conservation de sperme est proposée. Chez la femme avant 40 ans, la concertation avec un service de Médecine de la Reproduction, permet une consultation d’onco-fertilité pour informer et évaluer la mise en œuvre de mesures de préservation de la fertilité correspondant aux souhaits de la patiente et au traitement du lymphome.

La question de la fertilité après traitement du lymphome et les risques d’insuffisance ovarienne prématurée chez les patientes jeunes se pose dès le diagnostic. Une consultation précoce d’onco-fertilité permet d’évaluer, informer et mettre en œuvre les mesures de préservation de la fertilité correspondant aux souhaits de la patiente et au traitement du lymphome.Médecine de la reproduction