Risques infectieux et vaccinations

Les traitements immunosuppresseurs et la chimiothérapie anticancéreuse, certains anticorps monoclonaux, la greffe de cellules souches hématopoïétiques (CSH) exposent les patients à un risque accru pour certaines infections et justifient des recommandations de vaccination spécifiques. Les vaccins vivants (bactériens ou viraux) ne doivent pas être administrés aux patients immunodéprimés, exceptés dans certaines situations, au cas par cas, selon le bénéfice-risque. Les vaccins inactivés peuvent être administrés sans risque.

Les recommandations du Ministère des Affaires Sociales et de la Santé, mises à jour en 2015, distinguent deux types de recommandations vaccinales :

  • Les vaccins spécifiquement recommandés d’une part aux patients sous chimiothérapie pour hémopathie maligne : grippe saisonnière (vaccin inactivé) et pneumocoque, d’autre part aux patients greffés de CSH comportant en plus Haemophilus influenzae b et Méningocoque ACYW et B.

  • Les vaccins recommandés comme en population générale : Diphtérie, tétanos, polio et coqueluche, peuvent comporter l’administration d’une dose de rappel 3 à 6 mois après l’arrêt de la chimiothérapie, et à partir de 6 mois après la greffe de CSH. Les vaccins Hépatite B et Papillomavirus sont également recommandés, ainsi que le vaccin Haemophilus influenzae b aux patients traités par chimiothérapie.