La TEP au 18-FDG

Le 18F-Fluorodeoxyglucose (18-FDG) subit un transport transmembranaire et une phosphorylation similaire au glucose, alors que sa forme phosphorylée retenue dans la cellule n’est métabolisée que partiellement et lentement. Ainsi, sa distribution dans l’organisme appréciée à 60 minutes après injection intraveineuse, reflète principalement le métabolisme glycolytique. Les cellules malignes utilisant davantage de glucose que les cellules saines, le 18-FDG est donc utilisable pour mesurer le métabolisme tumoral. Le niveau de ce métabolisme est ensuite apprécié en utilisant des index de fixation (SUV). Cependant, cet hyper métabolisme n’est pas spécifique des cellules tumorales, et s’observe dans certains tissus sains physiologiquement avides en glucose ou dans les organes qui en assure l’élimination (cerveau, tube digestif, thymus, muscle strié, graisse brune, système urinaire) mais aussi des tissus infectés, inflammatoires ou stimulés (moelle osseuse après facteurs de croissance granulocytaires) ainsi que dans certaines tumeurs bénignes.  Aussi, l’interprétation de la TEP doit tenir compte des fixations physiologiques (graisse brune, tube digestif, thymus…) et non tumorales (foyer infectieux, fixation médullaire après facteurs de croissance granulocytaires…).

Métabolisme du glucose et du FDG

Tous les lymphomes n’ont pas une avidité identique pour le 18-FDG : globalement si les lymphomes agressifs à grandes cellules B, le lymphome folliculaire, le lymphome de Hodgkin classique sont virtuellement tous avides pour le 18-FDG, d’autres tels les lymphomes T, les lymphomes B indolents non folliculaires peuvent ne fixer que faiblement voire pas du tout ce traceur, limitant alors l’intérêt de la TEP. Cependant pour les lymphomes B indolents peu fixant, la TEP peut être utilisée en cas de suspicion clinique de transformation histologique vers un lymphome agressif et permet de guider la biopsie d’un ganglion hyperfixant. Les performances diagnostiques de la TEP dans l’évaluation des lymphomes avides pour le 18-FDG sont supérieures à celles du scanner avec une sensibilité et une spécificité supérieures à 90%, modifiant le stade de la maladie dans 15 à 40% des cas selon les études et la décision thérapeutique dans 15 à 20% des cas.

En pratique, la TEP est recommandée dans le bilan d’extension des lymphomes avides pour le 18-FDG, mais n’est pas systématique pour les lymphomes indolents ayant une faible avidité pour le glucose (Lymphome lymphocytique/LLC, lymphomes de la zone marginale extra-ganglionnaires, certains lymphomes cutanés).

Références :
Barrington SF, et al. Role of imaging in the staging and response assessment of lymphoma: Consensus of the International Conference on Malignant Lymphomas Imaging Working group. J Clin Oncol 2014; 32:1-18.

  • Patient à jeun depuis au moins 6 heures, au repos musculaire, ne recevant pas de perfusion de sérum glucosé.
  • Pose d’un cathéter dans une veine du membre supérieur. Après mesure de la glycémie veineuse ou capillaire, une activité de 2 MBq/Kg de 18FDG est injectée par voie veineuse directe, par la tubulure d’une perfusion de sérum physiologique.
  • Repos allongé, puis acquisition des images 60 minutes après l’injection du 18-FDG, vessie vidée.
  • Acquisition corps entier d’une durée de 10 à 20 minutes environ.

Contre-indication absolue en cas de grossesse.
Contre-indications relatives :

  • Diabète déséquilibré, l’examen étant interprété sous toutes réserves, dès que la glycémie est supérieure à 7 mmol/L
  • Patiente allaitante. Si la réalisation de la TEP ne peut être différée, l’allaitement doit être interrompu pendant les 24 heures suivant l’examen.

Référence :
Boellaard R, O’Doherty MJ, Weber WA, Mottaghy FM, Lonsdale MN, Stroobants SG, et al. FDG PET and PET/CT: EANM procedure guidelines for tumour PET imaging: version 1.0. Eur. J. Nucl. Med. Mol. Imaging. 2010;37:181–200.