Innovations thérapeutiques

Dans les hémopathies lymphoïdes, quelques anomalies moléculaires ont été retrouvées comme dans les tumeurs solides. Elles ont permis la création de molécules qui ciblent spécifiquement l’altération moléculaire. Ce sont des « thérapies ciblées ». Ces nouveaux médicaments sont d’administration principalement orale. Il faut donc pour s’y retrouver reconnaitre la cible modifiée puis et/ou la voie de signalisation qui est altérée. Chaque voie ou anomalie est aujourd’hui traitée à l’aide d’un premier médicament qui démontre l’efficacité, appelé chef de file (en gras), puis des modifications structurelles de la molécule chimique sont apportées en vue d’améliorer l’efficacité, de limiter les résistances et de limiter les effets indésirables.

Le tableau regroupe les produits les plus avancés dans leur développement, leur cible et les indications potentielles.

Les anticorps monoclonaux sont utilisés dans le traitement des hémopathies lymphoïdes depuis plus de 20 ans avec la commercialisation du premier d’entre eux : le rituximab. Ils ciblent un antigène de surface des cellules lymphoïdes. Plusieurs antigènes ont été découverts comme cible d’intérêt et les anticorps spécifiques ont ainsi été développés. Afin d’augmenter leur efficacité, l’anticorps a été conjugué à une molécule d’agent cytotoxique, ce sont les anticorps conjugués. Dernièrement, sont à l’étude des anticorps dirigés contre 2 antigènes l’un présent sur la cellule lymphoïde tumorale, l’autre sur le récepteur des lymphocytes T (CD3). Il est ainsi recherché une synergie d’activité entre la stimulation de l’immunité cellulaire et l’apoptose de la cellule maligne.
Contenu mis en ligne le 27/05/2021 – Dernière modification le 13/12/2021