Risques infectieux et vaccinations

La chimiothérapie anticancéreuse, l’immunothérapie, la greffe de cellules souches hématopoïétiques peuvent être à l’origine d’un déficit immunitaire secondaire. Chez les personnes immunodéprimées, des recommandations vaccinales spécifiques sont justifiées par le risque accru d’infections sévères et le rapport bénéfice-risque de la vaccination différents de celui de la population générale.

Les vaccins vivants (BCG, rougeole, oreillons, rubéole, poliomyélite vaccin oral, varicelle, zona, fièvre jaune, typhoïde oral) sont contre-indiqués en raison du risque de maladie vaccinale. Dans certaines situations ces vaccins sont envisagés au cas par cas, en fonction du bénéfice-risque. L’idéal est de les administrer avant la constitution du déficit immunitaire (3 semaines avant le début de la chimiothérapie ou de l’immunothérapie par exemple).

Les vaccins inactivés et sous-unitaires (bactériens ou viraux) sont administrés aux patients atteints d’hémopathies malignes. Certains vaccins sont particulièrement indiqués aux patients traités par chimiothérapie, immunothérapie ou transplantation de cellules souches hématopoïétiques : vaccin contre le pneumocoque et la grippe saisonnière.Des schémas vaccinaux particuliers peuvent être nécessaires.

Dans l’entourage immédiat des personnes immunodéprimées, il est recommandé de vérifier le statut vaccinal et de faire les mises à jour nécessaires selon le calendrier vaccinal en vigueur.

Les recommandations de vaccination contre la COVID-19 pour les patients atteints d’hémopathies malignes sont actualisées sur différents sites publics et par les sociétés savantes.

La fréquence et la possible sévérité des infections liées au pneumocoque et à la grippe saisonnière, justifient chaque fois que possible avant l’initiation du traitement, une vaccination contre le pneumocoque ou une injection de rappel, une vaccination contre la grippe saisonnière selon le calendrier vaccinal.

Recommandations vaccinales spécifiques 
PneumocoqueVaccin conjugué 13 - valent (PREVENAR 13R) une dose, puis 2 mois après vaccin non conjugué 23-valent (PNEUMOVAXR) une dose
Grippe saisonnièreSelon campagne de vaccination (vaccin inactivé)
Mise à jour des autres vaccinations selon délai disponible et si besoin avec schéma vaccinal renforcé
Les vaccins vivants sont contre-indiqués au moins 6 mois après la fin du traitement.
Un traitement par chimiothérapie et/ou immunothérapie peut modifier le rapport bénéfice-risque de la vaccination. L’efficacité du vaccin (immunogénicité) peut être réduite. Les possibles effets secondaires des vaccins ne sont pas aussi bien connus que dans la population générale.

Recommandations vaccinales spécifiques 
PneumocoqueVaccin conjugué 13 - valent (PREVENAR 13R) une dose, puis 2 mois après vaccin non conjugué 23-valent (PNEUMOVAXR) une dose
Grippe saisonnièreSelon campagne de vaccination (vaccin inactivé)
Hépatite BVaccination des sujets à risque d'exposition au VHB avec contrôle du titre des anticorps 4 semaines après la dernière injection
Haemophilus influenzae de type BPas d'indication spécifique en cours de chimiothérapie
Infections invasives à méningocoquePas d'indication spécifique en cours de chimiothérapie
Recommandations vaccinales spécifiques 
PneumocoquePatients préalablement vaccinés depuis plus de 3 ans, réaliser une dose du vaccin conjugué 13 - valent (PREVENAR 13R) , puis 2 mois après, une dose du vaccin non conjugué 23-valent (PNEUMOVAXR)
Patients vaccinés pendant le traitement et présentant des facteurs de risque d'infection sévère à pneumocoque, refaire le protocole de vaccination 3 mois après la fin du traitement
Grippe saisonnièreSelon campagne de vaccination
Patients vaccinés en début de saison et encore sous chimiothérapie, une revaccination à un mois d'intervalle peut être recommandée
Hépatite Bune injection de rappel chez les personnes à risque d'exposition au VHB, 6 mois après la chimiothérapie."
Haemophilus influenzae de type BUne injection de rappel chez les personnes à risque (asplénie)
Infections invasives à méningocoquePatients âgés de 2 à 24 ans, vaccinés ou non, réaliser une dose de vaccin conjugué méningocoque C
Diphtérie, tétanos, poliomyélite, coquelucheUne injection de rappel d'un vaccin combiné diphtérie-tétanos-polio-coqueluche acellulaire 6 mois après arrêt de la chimiothérapie
Les vaccins vivants sont contre-indiqués au moins 2 ans après la greffe, s’il existe une réaction de GVH ou si le traitement immunosuppresseur est poursuivi.

Les vaccins contre le pneumocoque, la grippe saisonnière, Haemophilus influenzae type B sont recommandés en priorité dans l’année suivant la greffe de CSH. Les autres vaccins recommandés sont administrés dès que possible, après un délai post greffe.

La vaccination de l’entourage est fortement recommandée.

Recommandations vaccinales spécifiques 
PneumocoqueVaccin conjugué 13 - valent (PREVENAR 13R) 3 doses à un mois d'intervalle à 3, 4 et 5 mois après greffe, puis 12 mois après greffe, une 4ème dose du vaccin non conjugué 23-valent (PNEUMOVAXR) sauf en cas de cGVH où une 4ème dose du vaccin conjugué 13-valent sera administrée
Grippe saisonnièreVaccin inactivé dès 3 mois post greffe puis annuellement selon campagne de vaccination. Vaccination de l'entourage fortement recommandée
Hépatite BPatients présentant un risque d'exposition au virus de l'hépatite B et non porteurs de l'Ag HBs, schéma recommandé à 4 doses: une dose à 6, 7 et 8 mois post-greffe et un rappel à 18 mois post greffe
Haemophilus influenzae de type BDélai 6 mois post greffe 3 doses à 6, 7, 8 mois post greffe + un rappel à 18 mois post greffe
Infections invasives à méningocoqueVaccin méningocoque B recommandé selon le schéma de l'AMM et vaccins quadrivalents A, C, Y, W (selon AMM) avec un schéma à 2 doses espacées de 6 mois
Diphtérie, tétanos, poliomyélite, coqueluche3 doses de vaccin combiné diphtérie-tétanos-polio-coqueluche acellulaire à un mois d'intervalle débuté 6 à 12 mois après la greffe avec un rappel un an plus tard soit 18-24 mois post greffe

Rédaction avec la participation du Dr Nathalie Colin de Verdière, centre de vaccinations internationales et d’information aux voyageurs – Service des maladies infectieuses et tropicales, Hôpital Saint-Louis, Paris.

Publié le 27 mai 2021 – Mis à jour le 4 juin 2021